FOCUS Tha God Fahim

Rappeur/producteur d’Atlanta, Tha God Fahim apporte une vibe ouvrant une nouvelle porte parmi la multitude de possibilités, toujours plus étendues, offertes par le Hip-Hop. Il fait ses premiers pas dans le rap et la production à Chicago dans les années 2000 mais c’est une fois arrivé à Atlanta que les choses se mettent en place. Il est alors apprenti dans un barbershop dont un certain WESTSIDE GUNN est client régulier. Les connexions se font et il rejoint le label Griselda record créé en 2014 par le duo Westside gunn et Conway qui ont signé dans le label de Eminem (Shady records) en mars 2017.

Les premières apparitions de Tha God Fahim se font en tant que producteur, notamment sur la track « King City » du premier album de Westside Gunn, FLYGOD.

Entre-temps le rappeur a choisi les sentiers de l’indépendance pour continuer sa carrière et ce passage par le label lui aura permis d’intégrer cette vibe si particulière, tant au niveau de la manière de rapper, que des prods qui sonnent comme des classiques revisités.

En mai 2015  Fahim présente « shadows over Nazereth » dont il a produit l’intégralité des tracks. Depuis c’est un déluge de projets (plus de 45) aux textures toujours plus travaillées qui inondent sa page Bandcamp et son Soundcloud. C’est au cours de l’été 2016 qu’il commence à se faire remarquer avec le projet « TGIF», sur lequel on peut noter la présence de Mach-Hommy avec qui il va collaborer de plus en plus.

Au fil des projets qu’il nous livre on peut découvrir une myriade de Mc et beatmaker qui gravitent autour de cette vibe. Niveau MC on peut citer Heem Stogied, Kungg fuu, JuJu Gotti, Jay Nice, Mach-Hommy ou encore Evidence du groupe Dilated People sur le morceau « Faraday cage », le tout produit par nul autre que Knxwledge.

Fahim sait donc bien s’entourer aussi niveau beatmaker, bien que ses propres productions n’aient rien à envier aux autres. On peut citer Earl Sweatshirt, DJ Skizz, Giallo point, Nicolas Craven ou encore Camouflage Monk qui semble être le producteur de prédilection de Fahim.

Le Mc se définit comme un revendeur d’art, comme le suggèrent les titres des projets « Art dealer » volume 1 et 2 ou encore les prix en constante augmentation des versions physiques ou numériques de ses projets. Heureusement pour nous des versions piratées sont accessibles sur le net et l’artiste en joue certainement.

La démarche de Fahim est donc très réfléchie. La grande valeur économique et éthique qu’il donne à son travail vient probablement de l’univers des arts martiaux qui est très mis en avant dans les illustrations de ses projets notamment. On peut voir chaque projet comme un mouvement répété d’une manière différente dans le but de s’améliorer perpétuellement et atteindre la maîtrise qui lui permettra de s’exprimer librement.

A travers une forme qui reflète la misère et la violence du monde actuel, Fahim révèle un fond qui vise à faire bouger les consciences, amener de la positivité et rassembler les gens grâce à sa musique.

Son dernier projet en date, « Dragon Emperor » nous laisse espérer que Tha God Fahim va continuer sur cette lancée et appliqué à la lettre son slogan « Dump gawd » que l’on pourrai traduire par « Dieu déverseur »…

Pour finir voici une playlist qui permettra d’explorer plus largement l’univers de Fahim et ceux avec qui il a pu collaborer ;

Pour en savoir plus:

tghcvr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s